L’ Atelier JDP

 

 

C’est Quoi? C’est Qui?

 

L’Atelier JDP c’est d’abord l'histoire d'une personne passionnée par la musique qui découvre la lutherie après un drame.

 

En effet après avoir tout perdu dans l’incendie de la maison de ses parents Thibaud Mignon alias JDP Luthier se lance dans la fabrication d’une guitare pour remplacer celles qui se sont éteintes, c’est un échec. 

 

Mais le bougre est pris de passion et commence à accumuler des instruments endommagés pour les réparer, et petit à petit la main s’excerce, la main apprend, les yeux enregistrent, les doigt sentent, les erreurs remettent en questions et les questions amènent des réflexions, des réponses et des savoirs. 

 

Il se prend de passion pour les instruments insolites et notamment pour les CigarBox et leur histoire autour du blues, puis pour la Guitare hawaïenne aussi appelée Lapsteel et enfin pour les Epinettes des Vosges et autres Cithares issues de notre folklore européen oublié.

 

Ayant une conscience environnementale JDP Luthier développe très tôt l’envie de travailler à partir de bois indigènes et de bois de récupérations afin de limiter son impact carbone

 

Les demandes se faisant il développe aussi des accessoires toujours en bois et en particulier l’activité complémentaire de Plectrier et la fabrication de Bottleneck !

Sa vision de la lutherie ne se limite pas à copier ce qui à été fait mais à le réinventé, le diversifier et le rendre plus durable, par l’éveil aux bois locaux.

Instrument Culture/Histoire

Cigar Box

Le Cigar Box et un instrument dit "de pauvre" en effet les esclaves américains se fabriquaient des instruments de musique avec les boites de cigares vides de leurs maîtres pour chanter le blues...

 

Je me propose de revisiter de manière moderne cet instrument qui offre une liberté de fabrication inouï et une image original....

 

Au début du 19ème siècle, les cigares étaient très populaires aux USA et étaient conditionnés dans des boites de 100 ou plus. Vers la fin des années 1900, la production ayant baissé, ils furent emballés dans des boites de 20 à 50, donc dans des conditionnements plus petits. Les pauvres, en ces temps de guerre ou de crise, n’avaient pas les moyens de s’offrir un instrument du commerce, mais avaient un fort besoin d’exprimer leurs sentiments, synonymes de tristesse, d’espoir ou de désespoir à la mesure de leur condition.
Pour se fabriquer des instruments eux-mêmes, ils utilisèrent alors comme résonateur les boîtes de cigares que les riches jetaient. Le manche était bien souvent fait d’un manche à balai et les cordes d’un simple fil de coton ou d’un fil de pêche. Divers instruments furent alors conçus à partir de ces boîtes tels que violons, guitares ou banjos.

 

Epinette des Vosges

  L'épinette des Vosges fait partie des cithares sur table (dans le système d'Erich von Hornbostel et Curt Sachs publié en 1914) ; cithare, c'est-à-dire cordophone sans manche, sans cou, dont les cordes sont parallèles à la table. 

Cet instrument a ceci de particulier de comporter à la fois un groupe de chanterelles qui passent au-dessus de frettes, (cet ensemble de frettes est dénommé la touche) et un autre groupe de cordes appelé bourdon(s) ; ces cordes, toujours en métal, sont accordées généralement sur la fondamentale, la dominante et parfois la médiante (Do, Sol et Mi). 

Ce système de bourdon apparente alors l'épinette à d'autres instruments tels que cornemuses et vielles à roue, instruments auxquels elle peut emprunter avec bonheur le répertoire. 

Le nombre de cordes, que ce soit pour les mélodiques ou pour les bourdons a été, et reste toujours variable ; il ne constitue pas un argument de classification.

 

Je propose ma vision de cette instrument traditionnel sous le modèle Marlène au format fixe mais dont les bois sont adaptables au goût de chacun! En pure acoustique ou en électro-acoustique !

 

Et peut être bientôt un modèle purement électrique!

Lapsteel

Un instrument qui me fascine et que je décline de différentes manières dans mes fabrications en essayant de sortir de sa tradition mais de manière respectueuse

 

Le Lap Steel a été inventé et popularisé à Hawaii. La légende veut que Joseph Kekuku, un écolier hawaïen, a découvert le bruit en marchant le long d’une voie ferrée en grattant sa guitare. Il ramassa un long boulon sur la voie et glissa la pièce de métal le long des cordes de sa guitare. Intrigué par le bruit, il a appris seul à jouer en utilisant le dos d’une lame de couteau.

 

Diddley Bow

Une corde, une planche, quelques clous, une bouteille vide, de l’imagination et une âme à fleur de peau... voici en quelques mots les ingrédients qui furent nécessaires à la conception de cet instrument hors du commun.

LE DIDDLEY BOW (petit historique)
"bow" en anglais signifie arc.

Le DIDDLEY BOW est une corde tendue entre deux clous, eux-mêmes plantés dans un mur ou une planche.
Une main tape la corde avec une baguette ou la gratte avec un plectre en donnant le rythme
L’autre main fait glisser sur la corde une bouteille (ou autre ustensile arrondi) pour jouer la mélodie

Le principe d’une corde tendue sur un morceau de bois est ancestral : c’est l’arc musical
 

Le DIDDLEY BOW date de la fin du 19ème siècle
Il est fabriqué par les noirs-américains vivant dans le sud des états-unis
Il est l’un des premiers instruments du BLUES.

 

Je me propose de vous fabriquer un Diddley Bow moderne (C.A.D avec micro et mécanique) dans tout objet du quotidien, en bois et suffisament grand, que vous m'apporterez et cela pour moins de 100 euro !!!

Ils parlent de nous